Vendredi 24 octobre 2014 5 24 /10 /Oct /2014 17:47

tetiere 2014

Les « grandes » courses, ou se présentant comme telles, ne diffusant pas les classements complets mais uniquement une recherche par nom ou n° de dossard il est souvent difficile de retrouver, noyés au milieu de milliers de participants, les athlètes de l’Asphalte. Il faut attendre que la fédé mentionne sur son site les performances des participants licenciés, ce qui prend souvent plusieurs jours quand ce n’est pas plusieurs semaines, pour connaitre les résultats des nôtres.

Etaient donc présents sur les 20 km de Paris organisés le 12 octobre :

Prénom Nom

Temps

Place au général

Place/catégorie

Guillaume BRIFFAULT

1h 27’ 24’’

1 386ème

840ème

Bruno LAPLANTIF

1h 42’ 07’’

7 366ème

3 902ème

Ricardo VARGIOLU

1h 42’ 56’’

7 825ème

4 120ème

Nathalie DUTERTE

1h 50’ 20’’

12 252ème

406ème

Béatrice WENCLAW

1h 51’ 34’’

12 987ème

124ème

Tahar MESSAS

1h 56’ 57’’

15 998ème

4 007ème

Christine LANTOINE

2h 04’ 32’’

19 430ème

388ème

24 590 classés d’après le site de l’organisation.

D’autres nous ont certainement échappé ! Qu’ils se manifestent afin que leur résultat figure en bonne place.

Par L'Amiral
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 19 octobre 2014 7 19 /10 /Oct /2014 18:28

80 personnes au Tremblay pour l’entrainement du dimanche mais malgré tout on dénombre des Asphaltiens un peu partout en ce dimanche ensoleillé.

A FONTENAY sur 10 km :

Olivier Catrou : 36’32’’, 6ème  de la course et 5ème V1H  

Hervé Salami : 40’28’’, 33ème  et 6ème V2H  

Jean-Pierre Coulaud : 52’21’’, 223ème et 6èmeV3H  

Jack Salmon : 1h06’58’’, 350ème et 14èmeV3H  

 

A CROSNES sur 10 km :

Nicolas Kwong Cheong : 36’19’’, 34ème et 15èmeSEH

 

Au semi-marathon du Pays de MEAUX :

Le temps attribué par l'organisation à Samuel Becker (1h36’13’’) ne correspondant pas vraiment à sa valeur il fallait se douter qu'il y avait eu "usurpation d'identité" ! Par contre il y avait bien un autre Asphaltien incognito à l'arrivée de l'épreuve : Ali Yahiaoui termine 582ème de la course en 1h52'44''.

 

Au 10 km de Tremblay en France :

Alain Watershoot : 44’00’’ : 79ème et 2èmeV3H

 

… et d’autres certainement qui ne manqueront pas de nous communiquer leur résultat ! Quant aux intéressés cités qu'ils ne se privent pas de nous faire partager leurs impressions de course.

Par L'Amiral
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 17:32

monia 100km 1Il est 6h du matin, le top départ est donné. C’est parti pour les 100km de la Somme démarrant la nuit sous une fine pluie qui devient de plus en plus importante au fur et à mesure des km.

C’est très agréable de partir à cette heure-là, cette heure où la ville dort encore, cette heure où les odeurs de la boulangerie du coin ne sont pas masquées par les odeurs s’échappant des pots d’échappement.

Salut Etienne, un ami parisien est de la partie, un vrai moulin à parole ce garçon, il m’a tellement parlé et m’a tellement fait rire que les premiers 30km se passe merveilleusement bien.

Le jour s’est levé, les bords de la Somme que nous parcourons ont des allures d’aquarelle de notre cher Roger H.

Km40, J’ai très froid, je suis trempée, mes baskets pèsent lourd quand soudain, un rayon de soleil fait son apparition, ce dernier est le bienvenu.

monia_100km_2.jpg

Les crampes commencent à se faire sentir, je cherche au fond de moi la force afin de surmonter ces douleurs.

Km60, le soleil brille, j’essaie d’occulter le fait qu’il me reste encore un marathon à faire. Je continue ma route passant tranquillement les barrières horaires respectives.monia_100km_3.jpg

J’ai mal aux cuisses, c’est terrible quand j’aperçois le km70 avec des kinés. Je me fais masser, erreur qui m’a été fatale. Je n’ai pas pu repartir de suite, j’ai perdu près d’une heure, ce qui m’a coûté la validation de la dernière barrière horaire au km85.

Des bénévoles qui pliaient le ravitaillement me proposent gentiment de me raccompagner en voiture au départ.

Non mais ça va pas la tête, je suis venue ici pour aller au bout de ce défi, je ne vais pas lâcher si près du but même si mon temps de sera pas validé. Ils me disent que je ne serai plus sécurisée mais comprennent par mes pleurs mais ma rage et ma hargne que je ne veux pas abandonner.

Ils me laissent un numéro de téléphone et me disent de les appeler si jamais j’ai un souci puis finalement, comme ils étaient chargés de ramasser toutes les ordures que certains irrespectueux coureurs avaient jeté par terre alors que des zones propres étaient à notre disposition, je me retrouve à être escortée par ma suiveuse et ces derniers. 

Les km deviennent pénibles, je tourne de l’œil, je ne tiens plus sur mes jambes, je sens que je vais perdre connaissance, je n’arrive plus à manger, à boire, j’ai envie de vomir, la nuit est tombée, les bords de la Somme me donnent l’envie de faire un petit somme (elle était facile) et puis arrive la délivrance, la ligne d’arrivée avec pour spectateurs, ma fille et tous les bénévoles qui pliaient le village. Ces derniers me font une haie d’honneur juste émouvante et me remettent ma médaille en me disant qu’il faut avoir un sacré mental pour s’accrocher comme je viens de le faire.

Même si je n’ai pas pu valider ma puce, je sais que je suis allée au bout, j’ai couru 100km, je n’en reviens pas, je ne réalise pas, je pleure, je pleure, je suis fière de moi.

Sans elle, jamais cette aventure n’aurait été possible, sans elle, jamais je n’aurais trouvé la force d’accomplir un tel exploit, sans elle, jamais j’aurais passé un week-end inoubliable. Avec elle, d’autres belles aventures sont à venir. Un grand merci à mon amie Marie-Pierre qui m’a suivie en vélo, qui a supporté mes humeurs, qui a su trouver les mots justes pour soulager ma souffrance.

15h17 de course. Avec de la détermination, de la volonté, de la motivation et de l’estime de soi, on atteint bien des objectifs tant convoités. Je ressors de ce périple plus forte avec la conviction que j’atteindrai mes futurs objectifs quels qu’ils soient.

Prochaine aventure : Marathon de Sully sur Loire en faveur du téléthon le 7 décembre 2014.monia_100km_4.jpg

Par Monia Arjouni
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 23:13

Voilà cela fait 2 jours que j’ai terminé le marathon de Metz-Mirabelle, support au championnat de France 2014. Ce temps permet de « redescendre de son nuage » et surtout d’analyser sa compét.

Depart.png

Les douleurs physiques sont encore bien présentes, surtout au niveau cuisses, des mollets et du genou droit…mais comme on dit « 42km, 42 jours pour s’en remettre totalement ! ». Autant dire que je vais prendre mon temps pour remettre mes runnings. Au calendrier des compéts, je ne pense qu'à 2 mots « Récupération et Régénération » mais également chose toute simple, s’accorder enfin des largesses au niveau alimentaire : « faire du Gras » comme m’a dit Valval et même boire une p’tite mousse (personne ne m’a conseillé pour ça). C’est vrai que ma prépa. de près de 9 semaines, m’avait affûté comme jamais (presque 5 kg de perdu). Pour dire, ma femme avait peur lorsque je montai sur la balance…

 

Flash back sur le parcours et la course :

La ville, malheureusement visitée en partie qu’en courant, très beau centre de ville entre monuments anciens et contemporains, espaces verts et plan d'eau, mais METZ n’est pas un parcours que l’on conseillera pour réaliser une perf., à celui qui souhaite améliorer son chrono perso. A ce sujet, les commentaires des premiers Français H/F arrivés confirment cela sur le site de la Fédé, même son de cloche en discutant avec quelques coureurs expérimentés après la ligne d’arrivée.

Profil denivelé Metz

Le profil du dénivelé est loin d’être aussi plat en comparaison à Berlin (ville des records du monde sur la distance), voir de Paris. Pour le côté « visite touristique », la ligne bleue commence par sillonner dans la vieille ville avec parfois des portions de rues sinueuses et pavées, des petits tunnels (comme à Paris, mais en plus petit) et ensuite c’est la campagne  pour le côté « champêtre » avec les faubourgs de Metz (Pouilly, Fleury…) des longues lignes droites plates avec des montées, des descentes et même une portion en chemin de terre (bizarre pour un label FFA, même à Sénart, ce type de sol n'existe plus?). Et pour clore le parcours, un bon faux plat montant avant juste l’arrivée qui reste plat, afin de pouvoir ramasser les morts dans les derniers centaines de mètre, du moins, pour ceux qui le peuvent encore !

Niveau confort du coureur, tout est superbement bien fait par l'organisation : de nombreux bénévoles hypers sympas, un beau village Marathon, une belle orga. niveau retrait des dossards, parking gratuit le jour de la course, animations sur le village mais également au niveau des 7 villes traversées, marathon en relais de 4, courses enfants et un 7 km en parallèle, vestiaires, ravitos avec produits variés, une bonne soupe « maison » délicieuse à l'arrivée, un service de douches (non testé) et enfin un service apprécié d'élèves kinés et de podologues forts sympathiques (testé, très très longtemps)...

Entre parenthèse, sauf si vous aimez danser la veille d'un marathon, juste faire attention à ne pas prendre un hôtel à proximité d'une discothèque (maintenant si vous voulez danser, l'info sera donnée en privé...).

Concernant ma course, j'étais venu assez confiant par rapport à mon programme d'entraînement, les voyants étaient au vert : 9 semaines de prépa sans blessure avec surtout un gros travail de volume avec beaucoup de changement d'allures sur des fractions toujours plus longues à AS10, AS21 et bien entendu à AS42. Contrairement à mes autres prépas., je n'ai pratiquement jamais fait de VMA courte sur piste, préférant privilégier même courir sur bitume afin d'habituer mon corps à cogner le sol, même mes footings entre 2 séances dures étaient beaucoup plus appuyés. Dans ma tête, faire le France de Marathon était un challenge qui nécessitait une plus grosse prépa.. Je devais arriver avec un esprit de Cross, de guerrier comme ceux qui allaient être présents autour de moi.

La dernière semaine, comme d'hab., les doutes arrivent, des petites douleurs se réveillent, on a mal au ventre, on dort mal, on se demande si les jambes vont tenir...

Et le jour arrive...Autour de moi, même sans expérience, je n'avais pas tort, dans les premiers SAS réservés aux championnats de France, que des coureurs affûtés et adeptes de chronos avec des maillots de club venus des 4 coins de France, voir des TOM-DOM. Je n'écoute pas les palmarès autour de moi (20, 30, 40... marathons à leur CV!!!), je suis déjà dans ma bulle, hyper concentré et prêt à bondir jusqu'au bout sur cette ligne bleue...Le coup de pétard arrive et les fauves sont lancés. Ma course très rapide...5, 10, 15km réalisés à une allure de plus de 15km/h bien calé dans un bon/gros groupe de coureurs.

Metz 2014

Au-delà du 15 et jusqu'au semi, le rythme descend doucement selon le profil du parcours pour un passage en 1h24'11 à mi course. Punaise, trop rapide ou pas ? Des doutes, non la sensation est bonne. Le groupe n'existe plus déjà, certains plus véloces sont partis mais le plus gros de la sélection a été par derrière: écrémage par l'arrière, comme on dit. Heureusement, je rejoins un groupe de 4/5 coureurs que je ne lâcherai pratiquement plus jusqu'à la fin. Le 30ème passera en 2h, ensuite des doutes...le mur ? 32,34,36...rien ? Punaise,  je passe « enfin » ce mur sur lequel je me suis toujours heurté sur cette distance. 38ème, je serre les dents, je souffre... mais cela passe. Je ne m'énerve pas, c'est naturel. Le contenu d'une bouteille sur la tête au 40ème, pour me réveiller, zut un long faux plat méchant pour finir, pas grave plus que 2 km, ça va l'faire, je plie. Grosse souffrance, mes cuisses et mes mollets demandent à arrêter mais non, le mental reste le plus fort. L'aide du Public, les encouragements sont précieux. Yesss, la ligne là-bas, si proche, moins de 200m, 2 coureurs devant. Je relance, je les passe, le chrono officiel affiche 2h50'50...Je m'arrache pour finir en moins de 2h51... Ligne franchie en 2H50'59'', Yesss, je m'écroule juste après la ligne d'arrivée à cause du dernier effort en sprint. SO GOOD, c'est gagné « enfin!!! ».

Phil.png

J'ai pris ma revanche sur ces maudits 3h et ce chrono bloqué à 2H57 depuis si longtemps, en sénior. Record perso et cerise sur le gâteau, le jour de ma 1ère participation à un championnat de France. Very,Very Happy niveau classement même si je relativise le chrono en toute modestie par rapport aux nombreux absents, mais comme on dit aussi, tant pis pour les absents.

Bonne chance à tous ceux qui seront aux championnats de France de Semi très bientôt.   

 

Temps réel : 2H50'49'' 

Classement scratch Championnat de France : 59ème / Catégorie : 35ème V1H

Classement scratch marathon Metz Mirabelle : 74ème

1878 arrivants

 

Philippe DELACROIX                           

 

 

Par Philippe Delacroix
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 18:44
Très belle perf de Philippe Delacroix ce matin aux championnats de France de marathon à Metz : 2h50’59’’ (record perso), 59ème de la course, 35ème de sa catégorie et meilleure perf des représentants du Val de Marne à ces championnats.
10km « La Saint-Maurienne ».
David Bedel
32ème
En 39’21’’
Marie-Françoise Meunier
243ème
en 51’58’’
Daniel Corbillon
108ème
En 45’32’’
Pierre Tanguy
270ème
En 53’06’’
Gérard Omnès
159ème
En 47’49’’
Maria Pacheco
304ème
En 54’22’’
Bhel Rolland-M
173ème
En 48’19’’
Eugenia Alvès
332ème
En 55’24’’
Christian Pallandre
174ème
En 48’19’’
Denise Corbillon
413ème
En 59’57’’
495 coureurs classés.
Aux 10km de Villejuif, 555 coureurs classés parmi lesquels :
Olivier Catrou
23ème, 9ème VH1
En 35’22’’
Pierre Koch
524ème, 1er VH5
En 1h05’24’’
Bernard Pironnet
67ème, 2ème VH2
En 38’34’’
 
 
 

Papy rouspète : « L’année sportive est ponctuée de rendez-vous plus ou moins incontournables : AG, relais nature, courses club, téléthon, contre la montre interne et pour les plus investis les championnats de France route et cross. Par contre, pas de temps qualificatifs pour les régionaux et départementaux 10, 15, et Semi, comme par exemple le 10km de Villejuif support du titre Val de Marnais 2014. Participation anémique des Potavalval… Didier en indélicatesse avec une blessure musculaire qui perdure, organise l’accueil dans la zone VIP ! En 2015, championnats départementaux 10 – 15 – Semi : des courses club !! Une proposition parmi mille autres. »

Aux 20km de Paris :

 
Nathalie Duterte
12211 / 24642
En 1h50’20’’
Fatima Saland
17933 / 24642
En 2h00’50’’
Béatrice Wenclaw
12938 / 24642
En 1h51’34’’
 
 
 
 
Michel Robert courait à l’Isle Adam, Alain Watershoot à Lagny (10 km, 44’15’’, 75ème au scratch et 1er  VH3).
A vos commentaires...
Par Jean-Michel pour le bureau
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Présentation

News

  ---  ---

Relais du Tremblay

1 ère édition 

9 nov. 2014

Tract affiche

10 réflexes en Or

Sport et santé

Images Aléatoires

  • Week-end-club-chez-les-ch-ti-018.jpg
  • COURSES DES ANTILLAIS 3 7 2011 088
  • Meg-ve-2009-Stage-d-Et--Meg-ve-2009-118.jpg

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés