Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 22:30

Par Valérie Richard

Le trail de Saint-Cyr, dimanche 29 mai 2016, s'est très bien passé.

Nous étions 59 dont 51 coureurs. Il y en a eu pour tous les goûts : boue, dévers, rivières. ... Fous rires et  surtout jolie course, très bien organisée même la météo a été  sympa avec nous puisqu'il n'a plu que durant les trajets aller et retour. Elle nous a épargnés durant la course et le BBQ.

Voici le lien pour les quelques photos prises durant la récupération active d'après le repas.

A suivre...

Ce matin en allant au rer à pieds, il pleuvait, j'étais contente,  je devais être une des seules personnes ainsi et c'est étrange je regardais où je mettais les pieds,  j'avançais tête baissée 😊😊

Et le petit mot de l'organisateur : "Super sympa votre groupe un grand merci pour votre venue nous sommes des organisateurs comblés un peu épuisés après une nuit mouvementée place au rangement et après repos avant de penser à la prochaine édition Xavier ".

Alors prête à recommencer et vous ??.....

 

Les photos de Philippe Randier : https://www.dropbox.com/sc/i3rv106sp8ko02d/AAArH8kTXeQyXLshvVhDUAhDa

 

Sur le 27km, 1er en 1h56’01’’ ; 83 coureurs classés :

Thierry Lardenois

12ème

En 2h14’54’’

Latifa Lépine

64ème

En 2h53’50’’

Luis Perez

13ème

En 2h15’31’’

Eric Raphenne

72ème

En 3h04’56’’

Ana Perez

49ème, 3ème F

En 2h35’40’’

Nathalie Clara

77ème

En 3h08’51’’

Joaquim Araujo Goncalves

60ème

En 2h44’33’’

Guillaume Hernandez

78ème

En 3h23’42’’

Saïd Chachoua

63ème

En 2h47’44’’

 

 

 

Sur le 16km, 1er en 1h12’02’’, 223 coureurs classés :

Daniel Cossec

32ème

En 1h23’34’’

Filipe Rodrigues

140ème

En 1h44’34’’

Isabelle Corneille

36ème, 1ère F

En 1h23’58’’

Chack-Sam Wong

147ème

En 1h44’57’’

Marc Fleureau

40ème

En 1h24’29’’

Nathalie Duterte

159ème

En 1h47’35’’

Farid Baha

46ème

En 1h25’40’’

Anne Lemouel

167ème

En 1h48’13’’

Maria Péron

47ème

En 1h25’58’’

Nadine Devigne

169ème

En 1h48’35’’

Hervé Bihouée

54ème

En 1h26’43’’

Sylvie Da Silva

188ème

En 1h53’47’’

Fernand Gontier

74ème

En 1h29’36’’

Pascal Page

195ème

En 1h59’15’’

Jean-Marc Richard

104ème

En 1h35’49’’

Myriam Lardenois

204ème

En 2h02’34’’

Bhel Rolland-M

114ème

En 1h39’16’’

Denise Corbillon

211ème

En 2h05’41’’

Gérard Omnès

119ème

En 1h40’00’’

Daniel Corbillon

212ème

En 2h05’42’’

Philippe Simonet

128ème

En 1h41’59’’

Christian Lépine

213ème

En 2h06’56’’

Francis Taïeb

129ème

En 1h42’02’’

Elias Haddad

214ème

En 2h06’59’’

Marie-Françoise Meunier

134ème

En 1h43’25’’

Isabelle Morisson

220ème

En 2h16’38’’

François Pierrang

135ème

En 1h43’27’’

Muriel Podolak

221ème

En 2h16’39’’

Sur le 8km, 1er en 35’24’’, 170 coureurs classés :

Gérard Tissaire

61ème

En 49’44’’

Fabienne Debailleux

149ème

En 1h02’27’’

Michel Robert

64ème

En 50’40’’

Marie-Carmen Godfrain

152ème

En 1h03’04’’

Patrick Rolland M.

93ème

En 53’17’’

Sylvie Tissaire

153ème

En 1h03’13’’

Maria Pacheco

146ème

En 1h01’53’’

Valérie Richard

162ème

En 1h05’32’’

Eugénie Alves

147ème

En 1h01’58’’

Sylvie Genez

163ème

En 1h05’33’’

Sandrine Davin

148ème

En 1h02’24’’

Nathalie de Roo

 

En 1h20’14’’

 

A défaut de volcans...

A défaut de volcans...

C’est la fête des mères et aujourd’hui donc ça va être ma fête !

C’est le trail idéal : Dénivelé 2500 cm avec 4 passages aquatiques, un soupçon de boue et seulement 8 féminines sur le 27 km !!!

Aujourd’hui le podium est pour moi …

. C’est mon seul objectif et dans le car qui nous mène dans le Loiret, je me concentre en fermant les yeux et je m’imagine revenant avec la coupe ! (en fait j’essaie simplement de récupérer quelques minutes de sommeil en retard mais le 3ème âge au fond est déchainé et il est impossible de roupiller tranquille !)

. A peine arrivés, nous partons nous mettre en tenue et pause photos (pour le tee-shirt immaculé Blanc de l’Asphalte c’est mieux avant !!).

Top départ, je pars très très vite tel Chamois d’Or sur les crêtes (au fond à gauche …tranquilou m’a dit la coach ! plus tranquille que ça tu meurs ….)

Les grosses difficultés sont concentrées sur le premier tiers que je cours sans voir passer les km (c’est pas vrai il y a des bornes kilométriques partout comme sur le marathon de Sénart !!).

Premier passage de la rivière « Dhuis » sans aucun problème (je hurle parce que si ça continue je vais devoir nager !).

Un peu de boue et quelques bornes supplémentaires voici le deuxième passage aqua-thalasso thérapeutique et j’ai de la flotte jusqu’au 2/3 de mon corps (je vous laisse imaginer !).

J’ai dit que c’est la fête des mères pas un baptême !!

Arrivée peu avant les 10 bornes c’est le QUAC … je bifurque à droite en voulant suivre Eric (si ça continue tu vas courir seul au Sancy toi !!!) mais sommes avertis de notre erreur et retrouvons le bon chemin !

C’est pas grave, juste une minute ou deux de perdues… rien ne m’empêchera de monter sur la boîte !

Je continue en me roulant dans la boue, c’est bon pour ma peau (je m’éclate au sol les deux mollets enserrés par les mâchoires appelées CRAMPES ! et salis mon beau polo blanc.

Je continue envers et contre tous ces éléments déchainés de la Terre et vois à peine les châteaux que nous traversons ! Au 3ème ravito, je demande mon classement, tout va bien, aucune féminine devant (et presque plus personne derrière non plus !). Eric me rejoint. On est au coude à coude et restons concentrés sur la course ! pas question que je lâche prise (en fait si parce que je vais pleurer de fatigue derrière un buisson).

Dernier passage dans l’eau et je sais que l’arrivée est proche…. C’est gagné j’ai réussi ! Le podium est pour moi !

DERNIERE DES 27 KM ! j’men moque j’en ai plein la cave des coupes (ha flute c’est vrai j’ai pas de cave !!!)

Bilan :

• Super course, bon barbecue et temps plus que clément pour ce dimanche.

• Eric m’accueille au repas avec un verre de rouge (sans rancune on ira courir finalement ensemble au Sancy !)

• Petite promenade éducative post repas avec les copines et les copains ….super sympa !

• Retour en car (P***** c’est encore pire qu’à l’aller !!! mais pourquoi j’ai oublié mes boules quies ???)

Nathalie Clara

Beau bébé avant le bain. Que du bonheur!

Beau bébé avant le bain. Que du bonheur!

Pour notre sortie club 2016, direction le Loiret pour une journée très réussie, merci Valérie pour l'organisation, le timing et le choix de la manifestation sportive, un trail avec 3 distances, un luxe...

Très belle épreuve en Sologne sous une météorologie clémente, ouf.... avant de faire plouf par la suite (pluie toute la nuit précédente) avec une équipe organisatrice bien rodée pour cette 5ème édition.

Quelle que soit la distance choisie, un parcours qui fait aimer le trail aussi bien pour les confirmés tout comme les débutants.

Ayant choisi le 27 km, j'ai pu découvrir un parcours plaisant, très technique sans dénivelé, 100 % nature, sans route, composé de sous-bois et de carrières avec des passages fréquents et délicats à négocier dans des rivières (avec beaucoup d'eau), et ses cordes sur des tronçons très très boueux (ou l'on pouvait perdre ses chaussures!!) et puis des tronçons plus roulants notamment lorsque nous traversions les parcs fleuris et arborés des châteaux.

Découvrir la Sologne tout en pratiquant sa passion, avec comme bonus des douches bien chaudes et une récupération après course autour d'un barbecue très convivial, vraiment que du bonheur...... Vivement l'année prochaine!!!

Eric Raphenne

Published by Valérie, Nathalie, Philippe, Eric
commenter cet article
30 mai 2016 1 30 /05 /mai /2016 22:27
Kémill et ses amis

Kémill et ses amis

La course se  mesure à un chrono, à chaque un instant qui vous a coupé le souffle. Elle vous procure de belles sensations.

Ce week-end ont eu lieu les 10km de Noisy le Grand.

Depuis longtemps maintenant, je me fais un plaisir d’accompagner des enfants en situation de handicap sur des courses.

Aujourd’hui, c’était donc avec un immense plaisir que je courrais pour l’association : www.kemiletsesamis.com  rencontrée à la No Finish Line de Paris et dont la présidente est juste un petit bout de femme qui gagne à être connue et avec une force de caractère tellement énorme qu’elle en est palpable.

C'est donc avec une équipe de choc je me suis lancée pour cette belle course rondement menée par tous les pilotes au moins aussi fous que moi si ce n’est plus. On peut même dire que ça a gazé.

Nous n'étions pas de trop pour ce parcours exigeant compte tenu des conditions climatiques et les nombreux faux plats. Une arrivée magistrale au stade Alain Mimoun de Noisy le Grand.

Au-delà du plaisir de courir dans les rues de Noisy le grand, de chanter, de danser, de crier, de faire la folle comme je sais si bien le faire, j’ai croisé le regard de Kémil. Jamais encore je n’avais regardé un enfant de cette manière. Jamais encore ne n’avais perçu ce que j’ai perçu hier en le regardant. Jamais je n’ai ressenti une telle émotion.

J’ai été envahi non pas d’une tristesse bien au contraire mais pour la première fois, je me disais que cet enfant devait être surement plus heureux que nous. Il était dans ses pensées. J’aurais aimé infiltrer son esprit pour voir où il se trouvait à cet instant précis. Bien du monde était autour de lui et pourtant son esprit paraissait à mille lieux de son corps, que tout ce qui se passait autour de lui n’était qu’illusion.

Il me donnait l’impression d’un petit ange qui débarquait sur notre planète.

A ce moment précis, moi aussi, je me suis déconnectée de la planète, j’avais comme l’impression d’être seule avec lui, j’avais juste une envie, c’est de basculer dans son monde dans lequel il avait l’air d’être si bien. Je n’entendais même plus les décibels de la musique résonnant dans le stade. Mes amis me parlaient mais moi, je restais sur le regard si expressif de Kémil. Cela a duré une fraction de seconde mais elle m’a semblée une éternité, jamais je n’aurais voulu qu’elle s’arrête.

Suite à ce moment, nous sommes tous rentrés respectivement à la maison car fête des mères et même si la mienne n’est plus là où elle était, elle est partout là où je suis.

J’ai ensuite reçu des photos de la part de tous les dégantés de cette inoubliable course que ne sera évidemment pas la dernière et là, à mon grand bonheur, ce moment intense que j’ai vécu a été immortalisé par une photo.

Grace à cette dernière, j’ai pu prolonger cet instant de vie juste mémorable.

Published by Monia Arjouni
commenter cet article
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 22:22

Je l'avais déjà couru en 2014, avant de déclarer forfait en 2015 pour cause de récupération difficile du marathon. Mais cette année, pas d'excuse, même la pluie et le temps maussade ne m'ont pas détournés du but que je m'étais fixé pour ce 22 mai. Flanqué de quelques membres éminents de ma famille, je me suis donc élancé pour 10km à travers la Vallée de Chevreuse...

A noter: dans "Vallée de Chevreuse", il y a le mot "vallée", et qui dit vallée, dit paysage vallonné, et parcours peu plat. Ajoutez des chemins aussi champêtres que boueux, et vous avez le tableau de l'épreuve (naturellement, sous une pluie fine).

Nous étions cependant 170, à nous élancer sur 5 ou 10 km, pour une boucle unique, ou plutôt un 8 un peu étrange, qui nous donne l'opportunité de croiser des coureurs en sens inverse (gare au cafouillage !) Et j'y étais donc, arborant fièrement le t-shirt Asphalte (dont j'ai décidé de faire la promotion même dans les épreuves les plus discrètes). Ces boucles et sous-boucles parcourues, j'ai pu franchir après 10km bucoliques la ligne d'arrivée et bénéficier d'une fleur en pot en guise de cadeau original aux coureurs.

Mon temps: 46'35", ce qui pour un 10km n'est pas si reluisant (j'ai déjà couru des 10km bien plus vite) -- surtout si je le compare au 46"12" que j'avais fait en 2014 ! Je me console cependant par mon classement: 11ème  homme, probablement grâce à un fort taux de défection au départ à cause des conditions... Mais j'étais le premier de l'Asphalte ! (et unique représentant...)

Tant pis, on fera mieux l'année prochaine ! ...sous la pluie, comme d'habitude

Une fin de parcours aussi champêtre que le reste du parcours...

Une fin de parcours aussi champêtre que le reste du parcours...

Egalement ce week-end:

5km de Boissy St Léger

Quel dommage que cette ancienne petite course, « courir pour Clara », soit classée hors challenge ORPI. Motif : organisation sentant trop bon la convivialité ?

Quoi qu’en soit le motif, Papy adore ce petit coin de forêt régionale de Ferrière, havre de paix du centre aéré de Boissy St Léger accolé au domaine du château de Grosbois.

Boucles de 5 ou 12km empruntant de belles allées, on y court sérieusement décontracté en espérant grignoter quelques secondes mais surtout ne pas se perdre.

Pour paraître à la mode, je note au tableau d’affichage 94 finishers sur le 5km et surtout seulement 15% de licenciés ce qui corrobore la tendance actuelle d’une certaine désaffectation pour « dame fédé ».

Pierre Koch

Published by Nicolas Mercouroff
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 19:11

Ce vendredi 20 mai, grâce aux dons que j'avais recueillis pour l'association Pl4y international, j'ai pu me lancer à l'assaut de la tour First. Située dans le quartier de La Défense, construite en 1974, la tour First est devenue le plus haut immeuble français depuis qu'elle a été transformée et rehaussée en 2011, avec 231 m.

Bilan de la course : une expérience originale, intense, où j'ai pu ressentir les effets de l'altitude à Paris, à à peine 200m au-dessus de la mer... enfin, plus exactement les effets de la montée de 954 marches sans récupération !

Un temps de 7 minutes 25 (que je n'ai pas vues passer... 50% de plus que le vainqueur, flashé en 5 minutes 02 : je "vaux" donc la même chose à plat que dans des marches, 50% étant mon écart habituel avec les têtes de course) et une belle récompense à l'arrivée, avec une superbe vue sur Paris. Ça fait envie, non ?

Merci à tous ceux qui m'ont soutenu et permis de participer à ce défi original.

Stéphane le géant

Stéphane le géant

Published by Stéphane Decubber
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 20:59

Comme l'an dernier, je me suis aligné sur le 10 km, mais les conditions de course étaient bien différentes de celles de 2015 : petite pluie de traîne après l'orage de la nuit, terrain gras, chemins parsemés de boue et de flaques. Pour autant, j'ai trouvé cette compétition bien agréable et j'ai pris un malin plaisir à sauter directement dans les flaques que certains coureurs essayaient tant bien que mal d'éviter. L'avantage du mauvais temps, c'est aussi de ne pas croiser des VTT à contre-sens ou des propriétaires de chien grincheux : ce matin dans le bois de Clamart, il n'y avait que des coureurs et ce n'était pas plus mal ainsi. Principale difficulté du parcours, la route de la fontaine aux lynx s'étire sur environ 1 km avec une déclivité qui va en augmentant.

51ème sur 347 en 47’52’’. 6ème VH2

Published by Guillaume Pensier
commenter cet article
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 19:36

Avis aux amateurs de courses de côte et d'ambiances chaleureuses : je recommande chaudement la montée du Mont-Poupet, dans le Jura. Course sur route de 17,5 km, dont 12 km de montée répartis en 3 temps, la montée du Mont-Poupet a attiré pour cette 32ème édition un millier de coureurs et un public nombreux et chaleureux. Paysages chatoyants du Jura, cloches sonnant à toute volée, groupes de rock, et public massé au pied de la dernière (et plus raide) difficulté du jour, façon montée de l'Alpe d'Huez, font de cette course un vrai moment festif.

Après un départ prudent avec une amie, j'augmente progressivement le rythme à partir du 10ème km, à la moitié de la deuxième côte. Une fois la dernière descente "avalée" à 14 km/h (tout est relatif, le journal local relate que les premiers descendaient à 25 km/h...), je m'élance dans la dernière cote.

Mais au Mont-Poupet, augmenter le rythme ce n'est pas forcément aller plus vite... car les organisateurs ont gardé le plus drôle pour la fin avec une dernière ascension longue de 4 km et des pourcentages jusqu'à 15 %. Et alors que je courais (relativement) "tranquille" à 11 km/h dans les 2 premières côtes, je dois maintenant me battre comme un damné pour continuer à courir à 9 dans la dernière ! Je termine en 1h33 (vainqueur en 59'45), 361ème/1024, mais surtout heureux d'avoir participé à une de ces belles fêtes que nous offre la course à pied, et avec en prime un magnifique paysage à l'arrivée !

Prêts à en découdre

Prêts à en découdre

Massif du Jura

Massif du Jura

Egalement ce Week-end :

  • Trail découverte des “Gendarmes et voleurs de temps”: Jean-Pierre Coulaud 445ème, 15ème VH3 en 1h02’25’’.

  • 10km de l’Europe à Strasbourg : Nicolas Kwong Cheong, 143ème, 75ème VH1 en 38’53’’. 4090 coureurs classés.

  • Il est parfois réconfortant de ne pas toujours « courir » pour réaliser une « perf » mais pour assurer le succès d’une course humanitaire, solidaire, médicale, voire amicale. Dernièrement, ce fut la boucle du diabète organisée de main de maître par notre ami Asphaltien David Limousin au bois de Vincennes. Cette fois, direction bois de Boulogne, pelouse de St Cloud. Handicap International nous invite à un 10km bitumé et fortement populaire, labellisé Challenge Paris Running Tour, régional FFA, meneurs d’allure, temps compensés, top-chrono, la classe en quelque sorte ! Une bonne raison de rester décontracté, planqué à l’arrière. De cette position, on ne peut que remonter nombre de pipelets ou « patrésenforme ». Mission accomplie. Papy termine 46ème sur 1244. Mais après avoir lu le classement en partant de la fin. Pierre Koch

Published by Stéphane Decubber
commenter cet article
15 mai 2016 7 15 /05 /mai /2016 21:10

Ce pourrait être la devise de nos traileurs…

C’est aussi un projet qui vise à communiquer largement sur des travaux de recherche qui utilisent les organismes vivants comme source d’inspiration. Cette nouvelle démarche scientifique qui s’appelle le « biomimétisme » consiste à observer le fonctionnement des organismes vivants pour innover en adoptant leurs stratégies.

Le film joint relate les travaux auxquels j’ai participé sur la gestion d’énergie.

On utilise les stratégies d’optimisation de l’énergie dans le corps humain, notamment lors de courses longues distances, pour réduire la consommation de carburant des automobiles…et ça marche !

A méditer et tester sur vous-mêmes lors des prochaines compétitions.

 http://education.francetv.fr/matiere/sciences-de-la-vie-et-de-la-terre/premiere/video/un-moteur-plus-humain

Published by Philîppe Doublet
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 21:54

De retour des Championnats de France des 24H de Brive la gaillarde 2016, des conditions pas faciles, un terrain pas tellement plat, de la chaleur, du vent, du pollen, du froid.

Je suis satisfaite du résultat même si j’espérais mieux faire, mais des ennuis gastriques m’ont faire perdre beaucoup de temps. Le physique et le mental étaient prêts, une grande détermination était au fond de moi et m’a animée toute la course.

Je m’étais fixée plusieurs objectifs ce jour-là, gagner, être sur le podium, avoir ma sélection en équipe de France de 24H. Pour ce dernier point, il me fallait faire des kilomètres, minimum 195 km. Je n’ai jamais douté, à aucun moment.

Je voudrais remercier toutes les personnes qui m’ont soutenu, Laurent qui m’a ravitaillé, soigné, suivi, soutenu par Fredéric Ravier, que je remercie également. Un grand merci à Philippe PROPAGE, mon entraîneur, qui a toujours su me rappeler vers l’objectif. L’heure est au soin et à la récupération. RDV aux championnats d’Europe de 24h à ALBI, le 22 et 23 octobre prochain. Sportivement

Valérie coté lune

Valérie coté lune

Valérie coté soleil

Valérie coté soleil

Published by Valérie Vallon
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 21:52

Hier course "nature" du sanglier de Cerny (91) : 11750m, 55'37", 56ème/265 et 13èmeV2M/46.

En ce dimanche 8 mai de l'année du patron (quand Noël, le 1er mai et le 8 mai tombent un dimanche, c'est l'année du patron !), il faisait bon partir à la campagne vers le petit village de Cerny, niché au milieu des plaines beauceronnes, pour participer à la course dite du sanglier. Dès le début, on est dans l'ambiance : il faut garer sa voiture dans le champ et les bénévoles portent tous une vareuse fluo et des bottes en caoutchouc ; ce n'est pourtant pas une battue mais une compétition de course à pieds !

L'organisation était parfaite, avec un nombre impressionnant de bénévoles, presque autant que de coureurs, accueillant chaleureusement les participants. Un petit café est offert avant le départ. Il y a des endroits où l'on sait que l'on reviendra avant même d'accomplir la course ; Cerny en fait partie.

S'agissant du parcours, j'avais choisi l'option "marcassin" sur une distance inusitée de 11,75km. Les seules difficultés consistent en deux raidillons à voie unique : il faut avancer à la queue leu leu sans prétendre dépasser qui que ce soit sauf à vouloir se frotter aux épineux ou à chatouiller les vipères. Heureusement, les montées sont en sous-bois bien ombragé. Les descentes se font sur des chemins plus larges où l'on peut tranquillement se laisser aller à fond de train. Les portions plates ne sont pas oubliées avec d'interminables chemins sablonneux au milieu du blé en herbe encore bien vert en ce beau mois de mai.

Le retour était hélas moins bucolique : dès midi, les autoroutes menant vers le Val-de-Marne étaient encombrées par les retours de week-end.

Pour finir, une petite devinette que je livre à tous les asphaltiens : quand retrouvera-ton une année aussi faste que 2016 pour les employeurs? A savoir le 29 février qui tombe un lundi, le 1er mai, 8 mai et 24 décembre qui tombent un dimanche.

Guillaume Pensier

Egalement ce Week-end :

  • Olivier Catrou se qualifie aux championnats de France de Semi-Marathon à Troyes : 29ème, 9ème VH1 en 1h20’01’’. 1098 coureurs classés.

  • Jean-Noël Maria, entre « Dhuis et Marne » à Pomponne. 16 km en 1h23' 26'', 205ème sur 683, 42ème MH2.

Published by Guillaume Pensier
commenter cet article
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 21:53

8 mai, 10h00: La course est terminée, notre Valval 3ème féminine, 1ère Senior, 16ème au Scrach. La sélection en équipe de France est effective. 196,5km, total respect. Les dernières heures ont été laborieuses, mais productives.

***Félicitations Valérie***

C'était palpitant derrière l'écran. Merci pour ces moments ;-)
Résultat : un podium de plus, même si elle aurait aimé monter sur une, voir deux marches supplémentaires. Sa perf. est encore énorme. Elle finie 1ère dans sa catégorie. Et comme je lui ai écrit via SMS la 3ème place au scratch féminin et bien meilleure que la 4ème.

On attend avec impatience ses premiers commentaires. Laurent F. a encore fait des merveilles comme coach et 1er soutien mais je pense que Christine T. l'a également soutenue malgré sa déception de l'arrêt de sa course.

               Philippe Delacroix

 

 

7 mai, 21h: Au bout de 11 heures de course, notre Valval à nous est 2ème féminine, 16ème au scratch avec déjà 105 km parcourus. Notre Valval part pour pulvériser son record et atteindre 220km.

Notre 2ème participante, Christine Tamnga, est en réelle difficulté avec hélas seulement 5km parcourus lors de la dernière heure. Que de mérite tu as Christine !

Bon courage à toutes les deux pour les prochaines heures, si décisives.  

 

Notre Valval

Notre Valval

Podium championnat de France

Podium championnat de France

Published by Jean-Michel O.
commenter cet article