Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Asphalte 94

Dimanche 6 Mars à la ville et aux champs

Dimanche 6 mars à la ville : au Semi-Marathon de Paris

47 500 coureurs…

Eric Dehais

1716ème

En 1h29’35’’

Matthieu Gerbe

12417ème

En 1h49’22’’

Jean-Michel Corty

15643ème

En 1h53’33’’

Benoît Etié

31220ème

En 2h17’40’’

Marie-Claude Loigerot

35457ème

En 2h34’52’’.

Il ne s’agira pas au travers de ces lignes sous  de compter mon exploit personnel mais plutôt une aventure collective que j’ai partagé avec ma charmante épouse Daphnée le 6 mars dernier.

Genèse d’histoire

Suite à un automne encourageant au cours duquel Daphnée a participé à son premier 10 km à VALENCE Espagne (ou j’étais engagé sur le marathon), elle me dit  « et si nous courrions le semi de paris en mars prochain ? »

Apres 30 secondes d’hésitation, J’ai dit banco, et nous voici donc 4 mois et quelques séances d’entrainements plus tard  au départ du « FIT BIT Semi de PARIS » !!! (Quelle horreur cette mode du NAMING).

Nous voici donc le 6 mars affrontant le froid,  aux alentours de 10h présents dans le sas de départ 2h.

 Je sens que Daphnée est terrassée par le stress avant le départ, il va falloir que j’assure et que je la rassure.

 Nous avons fixé une allure prudente pour les premiers kilomètres 6min 35 au kilo…..

On ne rigole pas derrière son écran SVP J.

Connaissant bien le tracé de la course, je sais que les difficultés se situent sur la seconde moitié, je décide donc de ne pas en parler afin  de la préserver sur le début de la course.

La descente vers paris s’amorce tranquillement et  sur les 3 premiers kilomètres, les jambes tournent bien, on discute ca et la avec d’autres coureurs pour se détendre un peu

Les rues Daumesnil et de Reuilly passent sans aucun souci.

Arrive le 5 km, je m’échappe pour aller au ravitaillement, j’attrape tout ce qui passe bananes, oranges  sucre fruits secs, eau, bouteille ouvertes, fermées …. Et de retour les bras chargés, à la façon du chef vous propose… j’égraine le menu …ça sera de l’eau point…avec un rappel à l’ordre …

« tu sais bien que je n’arrive pas à manger en courant !!! » Ambiance J

Nous continuons donc vers le 10ème  kilomètre, l’allure tient, tel un métronome elle enchaine les hectomètres  avec aisance et sans  douleur, le passage place de la Bastille et ses nombreux spectateurs nous donnent la pêche pour nous engager dans la rue de Rivoli, dernière ligne droite avant de faire demi-tour.

Retour par le quai des Célestins,  la Seine et Notre Dame sur  notre droite  et un soleil bien sympathique qui réchauffe les organismes

L’ambiance est toujours détendue mais les sujets de discussions se font rares J,

Retour à Bastille avec un public toujours aussi  motivé et un salut amical aux percussionnistes  qui s’acharnent sur leur instruments depuis 9 h du matin.

Ravito du 11ème , de l’eau rien que de l’eau …..C’est donc moi qui me goinfre avec  les quartiers d’oranges, morceaux de bananes et autres fruits secs …

Puis la première « difficulté » du jour est sous nos pieds !! L’ascension de la rue de Charenton peu ou prou 600 mètres de montée, Daphnée  serre les dents, le visage est fermé mais l’allure tient, je dois l’avouer à ma grande surprise nous passerons en 6min 18 s du 14ème au 15ème .

Nous sommes maintenant sur l’avenue de gravelle  et son fameux faux plat entre le 16 et le 17ème, connu pour être le théâtre des défaillances de nombreux coureurs du semi-marathon de pari.

Effectivement ça fait mal, la douleur se lit sur son visage, de plus certains coureurs commencent à s’arrêter  pour reprendre leur souffle, d’autres au bout du rouleau  adoptent  une démarche de zombies, je sens que cela devient très très dur donc j’encourage, je blague, du genre

 « Tu vois le gamin de 25 ans là-bas ? Lui il marche !!!  Et bien  nous  les vieux on ne lâche rien, on y croit !!! »

Dans ce genre de circonstances tout est permis pour motiver la troupe ;-)

L’allure s’en ressent fortement mais le bout du tunnel est enfin là.

La route du pesage et sa descente le long de l’hippodrome nous  permettent de récupérer, quelques gorgées d’eau et nous nous envolons vers l’arrivée

Les 2 derniers kilomètres ne seront que pure  formalité, le public, les photographes les bénévoles de la croix rouges sont tous là pour nous soutenir et  après un dernier virage, nous voyons l’arche d’arrivée au loin, à ce moment  les jambes reviennent et le sourire aussi !!

Un dernier sprint de 25 mètres…. et un saut de cabri agrémenté dans un cri de joie et voilà l’affaire est entendue  en 2h 17 min 40 sec.

La remise de la médaille est un moment sympa, les jambes font mal mais Daphnée est aux anges et moi très fier d’avoir été à ses côtés pendant ces 2 h.

Voilà un petit compte rendu qui je l’espère vous aura diverti et aura donné l’envie à certains qui n’oseraient pas se lancer sur cette  distance, c’est une course sympa et  populaire avec les qualités et les défauts de ce genre d’évènement mais pourvoir arpenter les rues de paris dans ces conditions reste  un très bon moment.

A bientôt pour de nouvelles aventures

Daphnée et benoit Etié

Benoît sans Daphné

Benoît sans Daphné

Hier le semi-de Paris couru en 1h53'53" sous le maillot Violet de Laurette Fugain. Course idéal un mois avant le Marathon de Paris et le double défi de 22 Sportifs de Malakoff Mederic : Franchir la Finish line mais aussi arriver à collecter 2000 € au profit de l'Association Laurette Fugain. 1410 € déjà collecté à ce jour. La dernière ligne droite comme sur la course est la plus difficile. Pour m'encourager avec les 21 autres coureurs, vous pouvez faire un don de quelques euros, un petit mot pour nous gonfler à bloc pour le 03/04: http://www.alvarum.com/lessportifsdemalakoffmederic

 Merci, Jean-Michel Corty

L'équipe Malakoff Médéric avec Jean-Michel Corty

L'équipe Malakoff Médéric avec Jean-Michel Corty

 

 

Dimanche 6 mars à la campagne : aux 3 Pignons

Jean-Marc Richard

10km

89ème en 51’53’’

Nathalie de Roo

10km

445ème, 446ème,

447ème en 1h15’

Valérie Richard

10km

Isabelle Morisson

10km

Séverine Thiriat

21km

706ème en 2h06’29’’

Nous avons participé à la 30ème  édition de la course nature des 3 Pignons.

Le temps était splendide, la course toujours aussi bien organisée avec de nombreux et sympathiques bénévoles.

Nous avons mis en application les conseils d'Anne pour les côtes.

Les filles ont terminé ensemble.

Merci encore à Anne de nous avoir fait connaître cette course, un vrai bijou au milieu des rochers, de la verdure et des allées cavalières de la forêt de Fontainebleau.

Le rendez-vous nature du 1er week end de mars qu'on savoure d'avance tout l'hiver (5,10 ou 21 kms ), si on ne fait pas le semi de Paris.

Valérie Richard

Valérie, Jean-Marc Nathalie et Isabelle fringuants

Valérie, Jean-Marc Nathalie et Isabelle fringuants

Et oui elles persistent encore ces petites courses campagnardes malgré la mode implacable actuelle de la démesure. Leur côté viellot, leur organisation bon enfant en font tout leur charme. Il est évident que de se rendre à « Mouroux » demande déjà quelques instants de recherche.

Petit village ayant pour voisins Pommeuse, Vauxpleurs, Charnois, Montrenard… Plus précisément à 3 kilomètres de Coulommiers. Je participe aux 10km. On est à des années lumières du Semi de Paris qui se déroule ce même jour et qui lui aura le privilège d’admirer la foulée de certains d’entre nous.

Je me frotte aux Briards qui ont tôt fait de me reléguer en pénultième position. Qu’importe, j’ai l’habitude. Même pas contrit ! Le maillot est chaleureusement encouragé genre : « allez mon petit pépère !!! » Brrr…ça déstabilise. Une bonne heure d’agitation des « gens bêtes » dans un décor campagno-briard.

Dimanche prochain, je programme Villepinte dans le 9.3. Un tout autre scénario !

Perre Koch

Partager cet article

Commenter cet article

jerome glachant 08/03/2016 19:21

Bravo à tous pour ces exploits ! J'étais aussi au semi de paris, une étape vers le marathon, bien décidé à aller le plus vite possible. Très malheureusement, j'ai abandonné au km 6 après un départ sur mes objectifs. J'ai eu mal au talon dés le début de la course, et j'ai pensé que cela passerait. Je crains maintenant une fracture de fatigue du calcaneum, à voir.... Dommage, je me sentais en forme, et ma participation au marathon est compromise. Un peu de natation à venir. Jérôme