Asphalte 94 - Notre devise "Courir pour le Plaisir"

Foulées d’île de France - France des Îles

“Les Foulées d’Ile de France – France des Iles” plus communément appelées “La course des Antillais” est un rendez-vous que certains d’entre nous ne manqueraient à aucun prix et ceci pour de multiples raisons.

- Il y a d’abord la période. Une épreuve organisée dans le bois de Vincennes début juillet, quand les courses sont peu nombreuses, sonne déjà comme une invitation aux vacances.

- Il y a également la gentillesse des organisateurs peu avares, ni en sourires ni en en ti-punch une fois la ligne d’arrivée franchie.

- Il y a aussi le fait que cette course, même si elle n’est pas un bébé de notre club fait partie tout de même de notre famille. Sans prétention aucune on peut dire que si, il y a 20 ans, les Dodo, Jean, Gérard et quelques autres, tous membres de l’Asphalte, ne s’étaient pas fortement impliqués dans les premières éditions cette épreuve n’aurait vraisemblablement pas perduré, les initiateurs ne connaissant pas grand-chose à la course à pied à cette époque. Jacques Ambrosio le président ne rate d’ailleurs pas une occasion de nous le rappeler.

- et il y a, aussi et surtout, les prolongations d’après course, un verre à la main, tradition renouvelée depuis une bonne quinzaine d’année et qui a eu cette fois-ci encore autant de succès malgré le soleil très timide. Après l’effort le réconfort !

Nous aurons eu le plaisir d’être accompagnés dans ce moment de convivialité par Samir et sa compagne venus en ami nous rendre visite et également de dire un au revoir à Maria qui déménage pour Valence dans la semaine et qui avait tenu à être à nos côtés pour son dernier dimanche dans la région. Merci Maria, tu vas laisser un grand vide et un excellent souvenir de ton passage au sein du club.

Concernant la course on a pu constater que les athlètes ayant participé récemment aux “France de 10 km” n’avaient pas tous entièrement récupéré d’une longue saison.

Quelques athlètes sur le podium : Isabelle Corneille 2ème V1, Bhel Rolland-Monnet 1ère et Isabelle Franqueza 3ème V2 Pierre Koch 2ème V5, tous sur le 5 km et Denise Corbillon 2ème V4 sur le 10 km.

Que cette course continue à évoluer dans le bon sens, totalement dans l’esprit qui nous anime.

 

Sur 10km, vainqueur en 29’46’’ ; 1225 coureurs classés

Frédéric Coler

212ème, 5ème VH3

En 42’38’’

Daniel Corbillon

547ème, 4ème VH4

En 49’06’’

Nicolas Mercouroff

271ème, 38ème VH2

En 44’05’’

Philippe Simonet

552ème, 18ème VH3

En 49’14’’

Guillaume Pensier

320ème, 51ème VH2

En 45’07’’

Nathalie Duterte

690ème, 28ème VF1

En 51’50’’

Nazaire Leger

328ème, 53ème VH2

En 45’14’’

Michel Robert

707ème, 126ème VH2

En 52’11’’

Alain Waterschoot

441ème, 14ème VH3

En 47’21’’

Jean-Pierre Coulaud

808ème, 28ème VH3

En 54’31’’

Francis Taïeb

449ème, 84ème VH2

En 47’35’’

Monia Arjouni

846ème, 44ème VF1

En 55’48’’

Elisabeth Oliveira

463ème, 18ème VF1

En 47’49’’

Denise Corbillon

979ème, 2ème VF4

En 58’39’’

 

Sur 5km, vainqueur en 15’36’’ ; 238 coureurs classés

Olivier Catrou

15ème, 5ème VH1

En 17’36’’

Jean-Pierre Trotin

127ème, 15ème VH2

En 29’00’’

Isabelle Corneille

50ème, 2ème VF1

En 21’18’’

Philippe Randier

130ème, 17ème VH2

En 29’18’’

Bhel Rolland-M

76ème, 1ère VF2

En 24’10’’

Pierre Koch

223ème, 2ème VH5

En 38’42’’

Isabelle Franqueza

89ème, 3ème VF2

En 25’26’’

 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Guillaume 11/07/2016 16:38

Merci infiniment pour ces photos vraiment réussies.
Bonnes vacances à tous.

christian 06/07/2016 20:18

Le meilleur moment de la Course des Antillais est sans conteste ni le départ ni l'arrivée, ni la longue ligne droite qui serpente dans le bois et retrouve notre chemin du samedi. C'est le moment où l'Asphalte fidèle à ses traditions reçoit ses athlètes et ses amis, autour d'un petit verre et d'un grand couvert garni. Denise, Philippe et les autres sont là pour nous faire boire et déguster des préparations exceptionnelles qui ont le don de faire chauffer l'atmosphère et les débats entre nous. A côté du salon de la voiture ancienne, sur le parvis, il y avait donc l'amitié actuelle et future même si nous perdions la nageoire de notre belle sirène et si quelques uns devaient se contenter d'être là et de ne pas courir. . Christian