Asphalte 94 - Notre devise "Courir pour le Plaisir"

21 km Papillon à Boulogne-Billancourt

butinage d'amitié

butinage d'amitié

Dimanche 20 novembre, j'ai vécu un très beau moment de sport et de vie en participant au semi-marathon de Boulogne-Billancourt avec l'équipe des Papillons qui courent.

Que personne ne s'inquiète, je n'abandonne pas l'Asphalte, qui pourra continuer dans les années à venir à compter sur mes toujours remarquables performances (qui a ricané ?).

Cette légère "infidélité" que j'ai faite à l'Asphalte, en courant sous une autre bannière, était destinée à soutenir les Papillons blancs des Rives de Seine, une association qui gère une vingtaine de lieux de vie et d'activité pour personnes handicapées mentales dans les Hauts-de-Seine (une de mes nièces, Pauline, étant accueillie dans un de ces foyers). 

Au départ, une idée de ma sœur (la maman de ma nièce), après que j'ai participé en mai à la montée de la Tour First pour laquelle il fallait, pour s'inscrire, collecter des dons pour une association partenaire de l'organisateur (non choisie par les participants, donc) : "et pourquoi tu ne ferais pas une course pour le foyer de Pauline ?"

Ni une ni deux, son foyer est à Boulogne-Billancourt, à Boulogne il y a un semi-marathon en novembre, c'est un bon point de départ. Mon idée, au-delà de "juste" récolter des dons, est d'élaborer un projet fédérateur qui associe résidents des foyers, personnels, familles et amis des résidents : pour cela, constituer une équipe largement ouverte, partager des moments de convivialité et d'échange dans les foyers, associer au maximum résidents et personnels et faire du jour de la course un jour de fête.

Fin juin, présentation du projet au conseil d'administration de l'association. Jérôme, membre du conseil, coureur et père d'une jeune femme vivant dans le même foyer que ma nièce, est emballé. Son constat est que, si l'essentiel est assuré dans les foyers, avec les soins et les activités quotidiennes, il manque toujours des budgets pour organiser des "petits plus" : spectacles, sorties, weekends ou vacances pour certains résidents (âgés, notamment) qui ne quittent jamais ou presque le foyer. Notre collecte visera donc à collecter des dons dans cet objectif.

Sans être bien sûrs de qui nous pourrons recruter, en se demandant même si nous ne serons pas que tous les deux (ce qui ne serait d'ailleurs pas très grave), nous démarrons le recrutement avec des affiches dans les foyers, une publication dans le journal de l'association et des contacts parmi nos amis et proches. Petit à petit l'équipe s'étoffe : de 2 nous passons à 3, puis 4, puis 8, puis finalement 12 coureurs, auxquels s'ajoutent des supporters non coureurs.

Nous nous trouvons un nom : nous serons les Papillons qui courent (qui a dit : "les Papillons, ça ne court pas, ça vole" ? Nous, on est des papillons qui courent. Point).

A l'automne, nous organisons 3 entrainements en commun à Boulogne. Ils sont l'occasion d'apprendre à se connaître : il y a des membres des familles de résidents, des salariés de l'association et des amis des premiers membres, pas "directement" concernés par le handicap mais sensibles à la question. L'occasion aussi de partager ce qui nous rassemble : l'envie de faire quelque chose de concret pour les résidents des foyers et de parler autour de soi du handicap mental, avec ce qui est difficile (la difficulté à trouver des lieux de vie adaptés à chacun et à proximité de chez soi, la relégation, les tracas de la vie quotidienne) et ce qui est positif (la joie de vivre des personnes handicapées quand "ça va bien" et quand elles peuvent vivre des moments de bonheur, notamment avec des événements qui les sortent du quotidien).

A l'issue de l'un de ces entrainements, nous sommes accueillis dans l'un des foyers de Boulogne (le "FAM" - foyer d'accueil médicalisé), pour une visite et un café avec les résidents et les personnels. Un moment très chaleureux et très riche, permettant de découvrir ou de mieux connaître ce lieu de vie et le quotidien des personnes qui y vivent, avec les soins et les activités qui sont suivis. Petit regret : nous aurions aimé organiser d'autres rencontres de ce type, mais il n'est pas évident, le weekend lorsque les effectifs sont réduits, d'organiser des événements qui demandent de sortir un peu de la routine... mais nous pourrons faire mieux l'an prochain !

Le jour de la course arrive. La nuit précédente a été à la tempête (fortes pluies, vents violents...), un peu (très) inquiétante avant de s'élancer pour une course de 21km. Mais les cieux, dans leur clémence, s'ouvrent pour nous permettre d'accomplir notre 21km papillon au sec !

Notre équipe, enthousiaste et motivée, s'élance... solidement installée en queue de peloton ! Car notre objectif, en ce début de course, est de rester groupés pour saluer nos supporters venus nous encourager. Nous avons donné rendez-vous aux résidents des 3 foyers de Boulogne à proximité de leur lieu de vie, et c'est avec beaucoup de joie et d'émotion que nous passons en tapant dans les mains de nos supporters, visiblement heureux de cette sortie et que les "Papillons" soient présents dans la course.

Puis, chacun prend son rythme, avec des petits groupes de 2 ou 3 qui se forment. Pour ma part, je reste avec un membre de l'équipe qui, après avoir eu un grave accident ayant nécessité plusieurs années de rééducation, court à une vitesse certes réduite, mais régulière... mais surtout il court, et c'est bien l'essentiel ! D'ailleurs, l'avantage de courir en queue de cortège, c'est que nous avons le plaisir de profiter presque tout seuls des larges avenues du bois de Boulogne et des berges de Seine ! Mon camarade souffre de crampes sur les 4 derniers kilomètres, nous finissons cahin-caha en alternant course et marche, en 2h57.

Après la course, nous nous retrouvons tous au FAM, pour une belle fête organisée par les personnels du foyer, qui est à nouveau un formidable moment de partage. Nous remettons symboliquement (en présence de la présidente de l'association, de plusieurs membres du conseil d'administration, de salariés, de résidents et de membres de nos familles) un chèque correspondant à notre collecte : 16000 € collectés auprès de 220 donateurs - bien plus que ce que nous avions espéré au départ !

C'est avec un peu de difficulté, et après moult remerciements et embrassades, avec le sentiment d'avoir vraiment vécu un beau moment de sport, mais surtout de vie, que nous nous séparons... mais avec l'engagement pris de nous retrouver l'an prochain pour poursuivre les aventures des Papillons qui courent !

D'ailleurs, si vous êtes arrivé au bout de la lecture de ce récit (sans doute trop long, mais quand j'aime je ne compte pas) et si vous vous sentez des ailes de papillon qui poussent dans le dos, il ne faut pas hésiter une seconde : en 2017, devenez un Papillon qui court !

Partager cet article

Commenter cet article

Michel 23/11/2016 23:29

bravo Stéphane, pour ta course évidemment mais surtout pour ce recit particulièrement touchant et aussi principalement pour cet engagement auprès de celles et ceux qui ont le lourd handicap .....de voir le monde différemment de nous.
super, un petit geste probablement pour ce mouvement qui a tant de besoins mais une action de géant d'humanité et de générosité
Michel ROBERT