Asphalte 94 - Notre devise "Courir pour le Plaisir"

Ekiden Paris

Ekiden Paris

L'ékiden c'est toujours l'immense plaisir de partager notre passion ensemble, et les 4 équipes engagées étaient bien motivées en se fixant un RDV matinal dès 6h45 en gare RER. 

Heureusement que la motivation était là, car nous ne le savions pas encore, le parcours d'obstacle commençait pour les 24 asphaltiens engagés et leurs supporters : mauvais fléchage, queue immense pour accéder à la partie protégée ou pour les toilettes, circulation très difficile sur le site (l'accès aux box était un parcours du combattant au milieu de la multitude), indications peu claires, pas de zone d'échauffement, avec en prime des T shirt vraiment quelconques pour ne pas dire moches, "cadeaux" dérisoires, ravitaillement faible et peu accessible, bref l'ekiden de Paris cru 2016 mérite la mention médiocre.

De surcroît, si le parcours sur les quais au pied de la tour Eiffel est plutôt prestigieux, il est plutôt difficile avec des relances, des petites montées et le slalom incessant entre coureurs (en moyenne 1 coureur tous les 3 mètres!).

Au-delà de ces défauts, il reste l'essentiel, la camaraderie (et les délicieux gâteaux de Bhel!)... mais tassés , mordus par le froid vif de ce 6 novembre matin, il aura fallu toute la convivialité des asphaltiens et quelques kilomètres de bitume pour nous réchauffer et faire ce que nous savons faire de mieux... nous dépasser pour aller le plus vite possible

Je ne sais pas si je renouvellerai Paris, mais un Ekiden à coup sûr, avec les FFA en ligne de mire, et pourquoi pas Pontaut-Combault au printemps prochain, en gardant un accès de nostalgie envers notre si regretté Ekiden du Val de Marne...

Olivier Catrou

Ekiden Paris
Ekiden Paris
Ekiden Paris
Ekiden Paris

Valérie remercie l’hôtel Pullman qui a mis ses toilettes à disposition des Asphaltiennes (Wouahhh !).

Merci également aux accompagnateurs Frédéric Coler, Bhel Rolland-M (ses petits gâteaux) et Christian Barlier.

Un Asphaltien s'était caché dans une équipe du journal "Le Parisien" classée 344ème en 3h09'48" ! Il s'agit de Benoît Bourgoin qui a parcouru son relais de 10 km en 55'08". Benoît ?... dans une telle équipe, tu dois pouvoir nous écrire quelque chose tout de même !!!

Partager cet article

Commenter cet article

Eric Raphenne 07/11/2016 22:26

Olivier. Ton compte rendu decrit bien ce que l'on a connu lors de ce dimanche ensoleillé mais glacial, tout comme d'ailleurs ce quartier de Paris sans âme et sans ambiance, bref j'ai vraiment hâte de retrouver les trails des que j'ai le feu vert...