Asphalte 94 - Notre devise "Courir pour le Plaisir"

Du vent, du vent et encore du vent

En ce 1er mai 2017, je suis enfin sur la ligne de départ en compagnie de mes deux comparses Philippe S et Saïd C et nous savions que l’on n’allait pas chômer !!!!!

Le temps est plutôt frais idéal pour courir les 42Km 195, nous croisons juste avant le départ Nicolas KC qui me dit « aujourd’hui fais toi mal Fayçal ». Heureux présage ou prédiction prophétique, je le saurai plus tard.

Donc Philippe S, Said C et moi-même partons à l’aventure devant le meneur d’allure des 3h45 .

C’est le choix pris par Philipe expert es marathon de Sénart (c’est son 18ème ) , nous sommes dans le tempo pour faire 1h 50 au semi (suis parti trop vite ? le sort en décidera)……. .On est bien malgré le vent qui est omniprésent, Philippe me prodigue ces précieux conseils que je suis à la lettre (« protège toi du vent , va pas trop vite »), il me dit que c’est le marathon le plus venteux qu’il ait connu.

Tout se passe bien mais arrivé au 23 ou 24 Km, Philippe me dit « j’ai mal au dos continue sans moi garde l’allure autant que tu peux après tu gères ». Me voilà orphelin, de mon coéquipier , de mon compagnon de route, qu’à cela ne tienne j’irai au bout . Je me cale sur la foulée d’une jeune femme qui me dit qu’elle court le marathon en 3h40 , qu’ elle est régulière. J’essaye de la suivre mais arrivé à Réau Km 26, c’est là que les ennuis commencent. Vent de face Vent latéral je suis balayé tel un fétu de paille, je fais face à cette longue ligne droite interminable je n’en vois pas le bout, jusqu’arrivé au 30 km je vois Daniel C et Denise C qui m’encouragent qui me donnent ce supplément d’énergie, Daniel me dit « tu es dans les temps pour faire moins de 4h il faut t’accrocher ça va le faire ». C’est à ce moment-là que commence le Marathon.

Km 33 le meneur d’allure des 3h 45 me dépasse nouveau coup au moral, je me dis que c’est cuit je doute de pouvoir atteindre mon objectif, j’aperçois au loin Nicolas KC, je lui demande de m’accompagner un bout de chemin, il me dit ok mais jusqu’au 35km car il doit accompagner quelqu’un. Nico je te remercie de m’avoir accompagné pendant ces quelques Km. « Maintenant tout se passe dans la tronche au mental ».

J’arrive au KM 37 je cours sur ces dalles qui me font mal aux jambes mais je serre les dents, je me dis plus que 3 Km de souffrance …. Je ne marche pas je ne lâche rien puis arrive le Km 41 Tout en descente quel pied j’ « accélère » je vois que les coureurs ont la banane ils sentent que c’est l’écurie , je suis bientôt sous l’arche de l’arrivée. Le temps indiqué est sous les 4h, je franchis la ligne l’objectif est atteint, je fais moins de 4h soit 3h 59m et une poignée de secondes.

Je tiens à remercier chaleureusement mes compagnons de route Philippe S et Saïd C mais aussi Daniel et Denise C pour avoir été présent sur le parcours à mes côtés et enfin Nicolas pour tes conseils de fin marathonien qui m’ont aidé aussi à terminer le travail.

Partager cet article

Commenter cet article

Jerome G 11/05/2017 14:03

Bravo Faycal ! D'autant plus top que terminer à l'arrache est si difficile. A bientôt sur la piste (quand j'irai mieux).

Philippe D 08/05/2017 14:02

Que de vent !
La lecture de ton récit captivant
Me pousse à prendre la plume en innovant
On imagine ce que tu visais en t’inscrivant
On perçoit ton angoisse devant les poursuivants
On vit avec toi les derniers kilomètres éprouvants
44’’ seulement auraient suffi à rendre ton résultat décevant
D’aucuns auraient trouvé cela énervant
Et peut-être aurais-tu jugé ce résultat démotivant
Bravo Fayçal d’avoir tenu contre le vent
Une performance dont tu pourras te targuer dorénavant
Après cet exercice sans doute très émouvant
Il te reste à t’allonger sur le divan
Et rêver à de nouveaux objectifs pour les suivants