Asphalte 94 - Notre devise "Courir pour le Plaisir"

La solitude du coureur de fond face à son dressing…

Aujourd’hui parlons chiffons …afin d’aborder un problème crucial pour tout pratiquant régulier de la course à pied ! En guise de chiffons, je veux parler de ces précieux T-shirt que tout coureur arbore en se livrant à son activité favorite (courir torse nu étant bien sûr une grave faute de goût).

Il ne s’agit pas ici de parler de technique, et de souligner à quel point il est important de délaisser les tuniques en coton au profit de T-shirt techniques (de ceux qu’on trouve dans toutes les bonnes boucheries spécialisées). Je ne saurais évidemment que trop recommander ces vêtements, dits « respirants » permettant une évacuation efficace de la transpiration, mais ce n’est pas ici le propos.

Je voulais juste ici évoquer l’accumulation des T-shirts auquel tout coureur régulier doit faire face en pratiquant son sport favori …et surtout s’il s’adonne à ce plaisir collectif des courses du dimanche !

En effet, la plupart des épreuves de course à pied organisées le dimanche par des collectifs valeureux, complètent souvent la fourniture du dossard lors de l’inscription par celle d’un T-shirt aux couleurs de l’épreuve. Ceux-ci sont naturellement conçus pour la plupart pour la course à pied, et permettent surtout d’arborer sur le torse le nom de la course, du village, de l’association, et souvent l’année de la course (histoire d’avoir un T-Shirt différent à chaque édition d’une même course).

Et c’est justement là que se pose un problème essentiel à l’habitué des courses du dimanche: l’accumulation des T-shirts ! Deux ou trois courses par trimestre voire plus, chacune offrant un T-shirt différent chaque année, croyez-moi, ça va vite !

Pour ma part, à mon dernier inventaire (j’en ai probablement perdu ou donné quelques-uns), j’ai retrouvé dans mes armoires vingt-deux maillots de course :

La solitude du coureur de fond face à son dressing…

Toute l’idée est évidemment de ne pas laisser tous ces T-shirt moisir dans les armoires, mais d’en porter quelques-uns lors des sorties d’entrainement ou même lors des courses (en évitant bien sûr de porter pendant la course le maillot fourni par ses organisateurs, afin de se distinguer de tous les autres coureurs qui portent ce même T-shirt !)

Quels critères appliquer pour choisir les T-shirts que nous porterons fièrement lors de notre prochaine sortie ? Voilà une question existentielle pour un runner régulier, fort peu évoquée par ailleurs, et pourtant cruciale à l’heure de la préparation pour un petit run (par exemple à l’heure où blanchie la campagne).

En éliminant bien sûr ceux qui ne sont pas adaptés à la course à pied (il y a encore des courses qui distribuent des T-shirt en coton), ces maillot sont de toutes sortes comme on peut voir sur la photo ci-dessus, et même de toutes formes: souvent à manches courtes, parfois débardeur, voire à manches longues (ce qui aide bien sûr à choisir, en fonction de la température).

Le design est très variable: cela peut être un simple T-shirt de couleur, floqué du nom ou du logo de la course.

La solitude du coureur de fond face à son dressing…La solitude du coureur de fond face à son dressing…

…mais souvent les organisateurs font un vrai effort de conception, avec des logos, des photos, des dessins, voire un design complet en accord avec le thème de la course. C’est par exemple le cas des 20km de Paris, dont les organisateurs font de vrais efforts chaque année pour concevoir un T-shirt en accord avec le thème à chaque fois différent de la course.

La solitude du coureur de fond face à son dressing…

Le choix du T-shirt à porter lors de ses sorties doit donc se faire sur des critères esthétiques, mais peut également se faire sur des critères sentimentaux : le maillot d’une course particulièrement appréciée, à laquelle un bon souvenir est attaché, etc.

Mais bien sûr, un critère important, c’est la fierté ! Car après-tout, porter le maillot d’une course, c’est affirmer: je l’ai courue ! Et si ce plaisir est fort dérisoire (puisque selon toute vraisemblance, on a terminé la course dans la masse des autres coureurs), bien plus que l’affirmation d’un exploit, c’est souvent un simple clin d’œil silencieux aux autres coureurs croisés lors de sa sortie (« Et toi, l’as-tu couru aussi ? »)

C’est bien sûr particulièrement vrai pour les fameux « T-shirt finisher ». Il s’agit de maillots remis uniquement à la fin d’une course, pour prouver que non seulement on l’a couru, mais on l’a fini ! C’est le cas naturellement des maillots des marathons, en particulier ceux fameux du Marathon de Paris.

Pour ma part, j’en ai trois, aillant eu l’insigne honneur d’être finisher des trois dernière éditions.

La solitude du coureur de fond face à son dressing…

…et je ne vous surprendrai peut-être pas en vous avouant que mon T-shirt préféré est bien sûr celui de gauche (orange) : c’est celui du Marathon de Paris 2015, le premier que j’ai couru ! — et je remarque, à voir le nombre de coureurs arborant ce même Tshirt dans les allées du Parc Montsouris ou sur d’autres terrains de jeu, que je ne suis pas le seul à porter ce maillot dans mon cœur !

Mais s’il reste un maillot que je porte bien volontiers à chaque course, afin de témoigner de mon attachement et de ma reconnaissance, c’est bien sûr le maillot de mon club ! (Asphalte 94)

La solitude du coureur de fond face à son dressing…

Un moyen de porter la bonne parole aux quatre coins de la France où me porte mon activité (par exemple lors du Semi de Marseille 2017).

La solitude du coureur de fond face à son dressing…

…et bien sûr bientôt hors de France pour le Marathon d’Athènes 2017 !

Quant aux T-shirt restants, ceux que vous ne porterez plus jamais, mon conseil : donnez-les ! Il y a par exemple bien souvent des organismes de récupération de vêtement associés aux grandes courses.

Et vous, que faites-vous de vos T-shirts ? Comment choisissez-vous votre maillot pour votre prochaine sortie ? N’hésitez pas à commenter cet article pour partager votre expérience face à ces épineux problèmes…

Partager cet article

Commenter cet article

Jean-Michel O. 03/09/2017 21:28

ça me rappelle qu'un jour, j'ai eu un besoin en urgence d'un drapeau bleu blanc rouge.
Il n'y a pas que la scie à chantourner dans la vie!
Il y a aussi la machine à coudre!

Philcrux 31/08/2017 09:43

Salut Nicolas,
Que faire de ces maillots qui s'entassent dans nos armoires et lesquels choisir pour courir, effectivement... Loin d'être une question existentielle, on les garde pour certains par rapport à des souvenirs de courses pour les plus beaux par rapport à l'esthétique et pour les autres on s'en sert pour les travaux. On peut les donner également à des assos effectivement ou simplement les déposer dans des bacs à vêtements. Pour le choix du maillot du jour de la séance, j'essaie surtout de respecter l'harmonie des couleurs avec le reste. Mais comme tu le dis à la fin de ton article, le maillot Number One, est certainement le maillot de nos couleurs club. En compét., la règle est simple, les autres jours on a le choix des couleurs.
Mais c'est justement l'accumulation des maillots qui rend le choix plus difficile, moralité ne gardez pas trop de maillots chez vous ou donnez les ;-)

Guillaume 29/08/2017 09:23

Bah j'aime bien les tee-shirt en coton : c'est toujours utile pour faire les vitres....
Pour les autres, je mets a la poubelle tous ceux qui sont trop charges en publicites ou en anglicismes.....

Nicolas M 29/08/2017 14:07

Je pense que pour ceux dont tu ne veux pas Guillaume, pourquoi ne pas les donner ? Ça te donnera l'occasion de croiser un SDF arborant le TShirt du semi de Vincennes ou du mud day !