Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Asphalte 94

10 km de l'école des chiens guides d'aveugles

Dimanche 6 mai nous avons participé à la course, sans classement, organisée par l'école des chiens guides d'aveugles de Paris à l'occasion de son 30ème anniversaire. Je guidais à cette occasion mon vieux copain Mohamed Boucetta, dit Mao, avec qui Daniel et d'autres asphaltiens ont déjà eu l'occasion de courir.

La course était globalement réussie pour une première édition, mais avec quelques points à retravailler si les organisateurs veulent pérenniser l'événement et en faire un vrai bel événement solidaire et inclusif. Mao et moi avons signalé ces différents points aux organisateurs, en espérant que nos remarques constructives soient, au moins, écoutées.

Ce que nous avons aimé :

  • l'ambiance, vraiment festive et vraiment chaleureuse ;
  • le circuit dans l'école, pour aller de l'accueil au départ, qui permettait de découvrir les locaux ;
  • le passage, pendant la course, dans l'institut Val Mandé (institut pour jeunes aveugles), qui était un clin d’œil sympa ;
  • le fait de courir avec les chiens, qui étaient autorisés sur le parcours pour tous (déficients visuels ou non)... même s'il fallait parfois un peu slalomer au gré des arrêts pipi ou des disputes entre toutous, ou sur les zones de ravitaillement où les chiens se précipitaient vers les gamelles qui les attendaient ! En tout cas c'était sympathique, et cela correspondait bien à l'esprit de la journée.

Ce que nous avons moins aimé :

  • le tout premier accueil par des vigiles en arrivant sur le site, pas vraiment chaleureux (euphémisme)...  ;
  • les multiples obstacles sur le parcours (nombreuses montées et descentes de trottoirs, plots ou barrières à contourner, traversée de l'INSEP assez rock'n'roll...) qui pour des athlètes nonvoyants et leurs guides en faisaient un parcours extrêmement compliqué et risqué : j'avoue avoir rarement vu des parcours aussi compliqués à guider dans une course sur route, ce qui est quand même un comble pour une course organisée par une structure dont le boulot consiste... à faciliter la vie des aveugles ! ;
  • la traversée à 4 reprises de l'anneau cycliste de Vincennes, qui était à notre sens un gros point noir, réellement dangereux : à chacun de nos passages nous avons craint l'accident avec les cyclistes, dont un bon nombre n'envisageait même pas de ralentir, malgré les demandes des bénévoles, un peu débordés il faut bien le dire ! Clairement il ne fallait pas passer par là, et le bois de Vincennes est assez grand pour éviter ce secteur ! ;
  • les récompenses : la course était sans classement, mais les organisateurs ont quand même fait le choix de récompenser les 3 premiers de la course... très bien, mais dans ce cas il aurait été cohérent et bienvenu de le faire aussi pour les 3 premiers binômes non/malvoyantguide, non pas pour l'orgueil desdits binômes qui (en général) s'en moquent bien, mais pour donner de la visibilité à la pratique sportive des déficients visuels, qui n'en aura jamais trop !
10 km de l'école des chiens guides d'aveugles

Partager cet article

Commenter cet article

Alain P. 11/05/2018 15:32

Que de très bons moments passés pendant cette course solidaire que j'ai effectué en famille en combinant marche et course sans pression du résultat (sauf à la fin, nous nous sommes récompensés avec une bonne ... pression) sans oublier les très sympas compagnons à poils. Nous pensions pouvoir croiser nos athlètes et champions pendant la traversée de l'INSEP mais ... nous ne les avons vus que sur les affiches, peut être pour raison de grasse matinée ;-)
Expérience très agréable pour une bonne cause à renouveler avec plaisir.
Comme l'indique Daniel, dommage que les accompagnants sans dossard n'aient pas pu avoir accès à l'école.

Daniel Cossec 10/05/2018 21:42

Comme l’indique très bien Stéphane, des moments sympathiques avec une meute de tous poils qui a pris les devants dans les rues de St-Mandé et dans le bois. Sur des chemins pas toujours propices à l’accompagnement d’un malvoyant mais dont il s’en est très bien sorti.
Il est dommage que l’accès à l’école était filtré pour seulement les détenteurs de dossard, ce qui a laissé notre ami Jean sur la chaussée. Il s’est consolé à la sortie de l’école par la distribution de flyers de la course relais nature auprès d’un public différent de celui rencontré habituellement lors des courses du Val-de-Marne.