Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Asphalte 94

Peut-on courir et faire la fête ?

Peut-on courir et faire la fête ?

Cette année je me suis lancé comme défi de courir trois marathons festifs inscrits au calendrier des courses conviviales et de faire mes autres courses avec le même objectif.

Cela a commencé par le marathon de Cheverny avec mes ex-collègues et où j'ai fait la connaissance de Gilbert (Jésus) qui me vantait la convivialité du marathon des vins de Blaye auquel je venais de m'inscrire.

Le 7 avril, à Cheverny, 5 sympathiques ravitaillements en vin et bière locale (1515), parcours en forêt et sur des chemins de campagne, une boucle à faire 2 fois. Au 37ème km j'ai dû laisser partir Jésus pour cause de douleur au tendon et mollet droit, j'ai terminé la course en marchant. Je passe la ligne d'arrivée en un temps de 4h58mn alors que mon objectif était de 4h30mn,

 

Le 1er mai, les organisateurs du marathon de Sénart m'ont invité, ainsi que six autres coureurs pour notre 20ème Sénart. Après un repas bien arrosé et une courte nuit c'est en compagnie d'Alain Poteau que je prends le départ avec comme objectif de l'emmener le plus loin possible sur des bases de 4h mais toujours avec dans un coin de la tête la hantise du retour de la douleur que j'avais ressenti à Cheverny. Au semi Alain accélère et je décide de ralentir afin d'éviter la blessure en pensant à mon futur marathon à Blaye. Au 28ème km, le meneur d'allure des 4h15 me passe suivi de près par Stéphane D. A l'entrée de Lieusaint et ses maudits pavés Fabienne D et ses amis m'encouragent. Je leur réclame une petite mousse pour me remonter le moral. A part leurs encouragements ils n'avaient rien d'autres à m'offrir et de plus le café où je m'arrêtais pour boire une bière les autres années était fermé. Au 41ème km, c'est au tour de François O de me doubler accompagné de son coach personnel qui filmait sa foulée,

Je passe la ligne d'arrivée assoiffé mais pas blessé… OUF, je peux aller à Blaye.

 

Vendredi 10 mai, tôt le matin, je prends la direction de la Gironde où je vais aller courir mon premier marathon des vins de Blaye. Arrivé en début d'après-midi je passe par le secrétariat pour m'acquitter de mon droit de séjour dans le camping de la Citadelle avant d'aller installer ma tente. Je passe ensuite par le retrait des dossards. On me donne en même temps que le dossard un sac à dos et deux bouteilles de vin (1 blanc et 1 rouge). J'en profite pour demander où a lieu la pasta-party. J'apprends qu'il faut ¾ d'heure pour s'y rendre. Ma décision est prise : j'irai à pied comme cela je pourrai commencer mon échauffement pour le lever de coude,

En entrant nous passons par le plateau repas puis chacun va s'installer selon ses affinités. Pour ma part, je choisis de me mettre à la table d'un groupe de coureurs qui se sont connus sur les courses.

Les gens autour de moi sont sobres, mais cela ne m'empêche de goûter à quelques bouteilles.

Je quitte la pasta-party à 23h pour une marche rapide vers le camping.

Samedi 11 mai on se lève sous un ciel gris et menaçant. Je reçois des messages de Paris pour me dire qu'il pleut beaucoup. A 8h je me dirige vers le podium où défilent les déguisés pour le concours. C'est le coureur déguisé en AVATAR qui gagne le concours (une coupe).

A 8h45, le ciel ouvre ses vannes et déverse sur nous des litres d'eau pendant 10 mn.

Cinq minutes avant le départ, je me trouve sur la ligne qui fait la moitié de la largeur du petit pont de nos rendez-vous du samedi au bois de Vincennes.

9heures c'est le départ. Nous sortons de la citadelle par la porte orientée à l'Est. Je calque mon allure sur celle de Jésus mais je constate qu'il va trop vite. Au bout de 2 kilomètres nous attaquons les côtes, pas celles qui se descendent mais celles qui font mal aux jambes.

Au 4ème kilomètre nous entamons une montée d'environ deux kilomètres. En haut, nous avons droit à notre première dégustation et LA SUITE vous la connaissez par le récit que l'Amiral a mis sur le blog.

Après 7h41mn55s, nouveau record de lenteur du club, je récupère la médaille, un ticket pour un plateau repas et un autre pour un magnum de vin en tant que déguisé.

Cette course est moins connue que celle du Médoc mais tout aussi conviviale sinon plus. C'est une course à faire entre amis car on est vite seul dans les vignes vu le nombre restreint de participants (marathon limité à environ 800 personnes).

Ce fut une course où je n'ai pas vu passer le temps !

Partager cet article

Commenter cet article

SMACADAM 14/05/2019 09:38

Avec tes 7h41 de course ; Je comprend mieux de ne pas t'avoir aperçu , car je devais impérativement reprendre le BAC BLAYE-LAMARQUE de 16h30 . RDV donc au MEDOC .