Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Asphalte 94

Trail de Rousses : sur les pas de Mazarine et François Mitterrand

Quelle foulée !

Quelle foulée !

Six jours après le Marvejols-Mende c'est en Cévennes qu'il fallait être, dans le minuscule village de Rousses niché dans la vallée du Tapoul au pied du Mont-Aigoual.

C’est dans cette commune de Rousses, au hameau de Massevaques, que François Mitterrand venait faire 2 ou 3 brèves escapades chaque année, là où il était reçu par des amis fidèles et discrets. Il y était accompagné par une charmante personne qu'il présentait comme sa secrétaire; après quelques temps, ils vinrent accompagnés d'une adorable petite fille qui se goinfrait de myrtilles et répondait  au prénom de Mazarine, dont les gens du pays aiment à répéter et peut-être à croire qu'elle fût conçue ici, sous l'ombre bienveillante d'un hêtre ou d'un châtaignier. Tonton et ses proches passaient leurs journées à arpenter les nombreux chemins forestiers qui parsèment les montagnes cévenoles; peu de gens le reconnaissaient et les quelques personnes qui savaient qui il était ne se hasardaient pas à l'importuner. Le plus souvent, ses pas le portaient en pente douce vers le hameau des Vanels par un itinéraire que l'on appelle encore le "chemin de Mitterrand", là où l'attendait la succulente cuisine de l'auberge du Tarnon tenue par M. et Mme Ponges. Une auberge cévenole où l'on ne buvait certes pas du Château Yquem et où l'on ne mangeait pas des homards géants, mais où l'on se tapait quand même sacrément la cloche tout au long de l'année et davantage encore en période de chasse. Quoi qu'il en soit et contrairement à un idiot dont la carrière politique s'est achevée il y a quelques semaines, Mitterrand avait l'intelligence de ne pas se faire photographier au cours de ses agapes.

En ce samedi 27 juillet post-caniculaire, le trail de Rousses avait malheureusement attiré bien peu de compétiteurs : 16 sur le 14km avec 500m de D+, 15 sur le 11km avec 450m de D+. Les prévisions météo apocalyptiques sur les Cévennes n'étaient sans doute pas étrangères à cette désaffection. En vérité, le ciel est resté bien noir mais pas une seule goutte n'est tombée !

Les bons coureurs ayant choisi le 14km, j'ai préféré opter pour le 11km nettement moins relevé : on monte raide pendant 4km, s'ensuivent 1 km de monotrace assez technique, puis un faux-plat montant de 2km sur le "chemin de Mitterrand" avant la descente vers Rousses par un agréable chemin forestier. Je termine en 1h18'01", 4ème au scratch et 1er "master" toutes catégories.

Guillaume Pensier

Trail de Rousses : sur les pas de Mazarine et François Mitterrand

Partager cet article

Commenter cet article

Michel R 28/07/2019 20:13

ce que j'aime chez toi Guillaume c'est notamment ta plume l'une des meilleures des conteurs de l'Asphalte, qui nous procure, qui me procure toujours un plaisir sans limite qui en plus réduit à chaque fois un peu mon ignorance. Je croyais en savoir beaucoup sur notre Président qui à su disparaitre quelque mois après la fin de son second mandat, mais sa ,vie intime double j'ignorais qu'elle avait les Cévennes comme creuset.
Enfin bravo pour ta course sur ces terres qui te sont si familières et si chères.