Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Asphalte 94

La course à pied…

La course à pied…

C’est difficile de courir quand on a une blessure au pied

C’est l’été dernier que j’ai commencé à perdre pied

Après la traversée de Paris que j’ai terminée en traînant les pieds

Un diagnostic d’aponévrosite plantaire m’a conduit à lever le pied

Puis c’est une déchirure musculaire qui me fit mettre pied-à-terre

Mais chez le kiné j’ai travaillé d’arrache-pied

Dans l’espoir de remettre le pied à l’étrier

Et lorsque début Mars j’ai pu remettre les pieds à Vincennes

C’était pour m’y casser le pied d’une fracture de fatigue au deuxième métatarse

 

J’en veux à mon pied droit de m’avoir causé tant de soucis

Pourtant j’ai toujours mis les deux sur un pied d’égalité

Certains vont penser que ça me fera les pieds

Quand d’autres penseront que je m’y suis pris comme un pied

En tous cas, j’ai bien cru perdre pied

Quand le podologue m’a annoncé pour la course une mise à pied définitive

Je ne savais plus sur quel pied danser

J’ai tout de suite pensé qu’il était bête comme ses pieds

Peut-être avait-il remplacé quelqu’un au pied levé

 

En tous cas, je n’allais pas me laisser marcher sur les pieds

J’avais bien l’intention de remettre les pieds au Tremblay

Pensant que toutes et tous vous m’y attendiez de pied ferme

J’étais au pied du mur

Je devais déployer une stratégie pour repartir dun bon pied

Donner un coup de pied dans la fourmilière

Faire un pied de nez à la fatalité

Mais attention, cette fois-ci il me fallait garder les pieds sur terre

Ne pas une fois de plus me tirer une balle dans le pied

Ne pas repartir pied au plancher

Sans pour autant garder les deux pieds dans le même sabot

 

Voilà, je suis à pied d’oeuvre

Depuis une semaine je suis de nouveau sur pied

J’ose marcher sur la pointe des pieds et tenter quelques foulées

Et pour le marathon d’Amsterdam je suis sur le pied de guerre

J’attends avec impatience que le dé-confinement me permette de rejoindre mon pied-à-terre

Une petite maison de plain-pied tout près de la côte atlantique

Là, je vais pouvoir fouler aux pieds la lande sauvage

Peut-être irai-je sur la plage mettre les doigts de pied en éventail

J’irai aussi me jeter aux pieds de Saint-Goustan patron des marins et pêcheurs

Pour qu’il me retire cette épine du pied

Et me procure à nouveau bon pied bon oeil

Pour ne plus avoir à faire le pied de grue au bord de la piste

 

Nulle intention de ma part de mettre les pieds dans le plat

Mais pour vous couper l’herbe sous les pieds

Et éviter le croche-pied de vos critiques acerbes

J’avoue avec humilité n’avoir pu traduire ma pensée en vers de douze pieds

Mais jouer à cloche-pied avec les mots de notre belle langue française…

Quel pied !

P.S :

Je vous vois déjà sauter à pieds joints dans les arcanes de mon récit

Mais ne prenez pas tout au pied de la lettre

Quelques fois j’ai dû faire des pieds et des mains pour trouver le bon mot

Et j’ai eu bien du mal à retomber sur mes pieds

Partager cet article

Commenter cet article