Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Asphalte 94

Nantes, un marathon bien arrosé vu par Stéphane

Nantes, c'est une belle ville, un beau marathon bien organisé avec une participation qui progresse régulièrement (3800 inscrits cette année)... mais, il faut bien le dire, un climat pourri. Enfin, peut-être pas tout le temps, mais en tout cas, ce dimanche 27 avril, le temps était vraiment pourri, avec averses d'intensité variable (de modérée à forte) et vent soutenu, ponctué par des bourrasques à 60 km/h.

 

Comme un symbole de cette belle journée qui s'annonçait, j'ai eu le temps, en 15 minutes sur la ligne de départ, d'avoir 3 averses, histoire de bien me préparer à ce qui m'attendait.

 

Pour mon 11ème marathon (mais mon 10ème à finir en enlevant un abandon en 2003), mon objectif était d'améliorer mon meilleur temps de 3h15'50, il y a 4 ans, en visant entre 3h10 et 3h15. Au vu des conditions, je décide de prendre un départ prudent et de me caler "au chaud" dans le groupe des 3h15.

 

Jusqu'au 30ème kilomètre, tout va bien, je cours régulièrement à 13km/h, sur les bases de 3h15, sans avoir l'impression de forcer. Bref, pas grand chose à signaler, si ce n'est les averses régulières et le vent qui refroidissent les jambes en permanence. 

 

Et puis, au 30ème kilomètre, je prends le ravitaillement en ralentissant légèrement comme à chaque fois, mais en repartant, je sens que je ne reprends pas mon rythme de croisière. Je vois un écart avec le groupe des 3h15 se former, et je me retrouve esseulé dans une grande ligne droite en bord de Loire, avec le vent de face. Progressivement mes jambes se raidissent, et ma moyenne baisse : 12km/h du 30ème au 35ème, 11km/h du 35ème au 40ème, 10,5km/h du 40ème au 42ème. Heureusement que ça se termine, sinon je ne sais pas où la descente se serait arrêtée (la photo traduit mon soulagement d'arriver enfin) !

2014 04 27 ST+ëPHANE au MARATHON de NANTES 17

Résultat : 3h25, objectif raté, j'aurais peut-être pu faire mieux avec de meilleures conditions climatiques, mais pas de regrets car j'aurais peut-être explosé aussi dans de meilleures conditions en partant plus vite. Il faudra que je retente ma chance pour en avoir le coeur net !

Partager cet article

Commenter cet article