Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Asphalte 94

Samir Boudjelal au Kenya

Ci-dessous, vous trouverez le Cr de Samir parti "en véritable baroudeur", pour la 3ème année consécutive, 17 jours chez les Pros du Marathon sur les hauts plateaux du Kenya à Iten, village kenyan situé à plus de 2000 m.

Suite à ce Cr, en complément, 2 vidéos pour vous faire découvrir plus en détail ce lieu qui n'est pas uniquement réservé à l'élite des coureurs. Et qui sait...peut être l'année prochaine accompagnerez-vous notre ami Samir lors de son séjour sur la piste des plus grands champions ?

 


 

Iten, « Train hard, win easy » says Mo Farah.

 

imageKiprop

 

Farah, Tahri, Makhloufi, Kipsang, Kiprop…autant de grands noms de la course à pied que j’ai eu l’occasion de rencontrer pour la 3ème année à Iten, petit village Kenyan de 4 000 âmes, perché à 2 400 m d’altitude dans la vallée du Rift, berceau de l’humanité.  

Le voyage est à lui seul tout d’une aventure. Parti le jeudi 13.02 au matin, je faisais escale à Doha (5h) pour rejoindre Nairobi en début de matinée. Je repartais à nouveau pour un vol intérieur direction Eldoret à 1 heure de Nairobi. Enfin, un matatu (taxi local) m’attend pour m’emmener à Iten encore à 1h, et fin de mon voyage. Au final, un périple de quasiment 24h. 

Arrivé au camp de Lornah KIPLAGAT, je retrouve mes repères et certains que j’ai déjà rencontré à plusieurs reprises, notamment Mo Farah que je croise au retour de son footing de décrassage et qui me salue chaleureusement. Je rencontre également Bob Tahri et Taoufik Makhloufi (champion olympique du 1 500m) avec qui j’échange un mot en français. 

A partir du lendemain, c’est parti pour 17j d’entraînement quotidien, de sieste et de repas très végétarien. Le soleil sera au rendez-vous quasiment tout le long de mon séjour.

Je retiendrai tout particulièrement les séances sur la piste en terre battue du mardi où des groupes de coureurs kényans se lancent sur des séances très « musclées ». Voir Mo Farah, Bob Tahri, Wilson Kipsang, Kiprop..etc passés près de vous à toute allure, est un peu surréaliste et très impressionnant.

Il y aura également les séances de fartlek, le jeudi matin, où 50-60 coureurs se donnent rdv à l’autre bout du village pour des séances « 3’ fast-1’ easy », et où personnellement, je n’aurai qu’une volonté, celle de ne pas lâcher le groupe sans me soucier des consignes.

image2Mo Farah et Bob Tahri

Mon séjour sera légèrement gâché par une entorse subite au bout du 4ème jour, le mardi, lors d’une séance de décrassage avec Bob, Mo et Taoufik. Grâce au kiné de l’équipe d’Angleterre ainsi qu’à l’appareil d’électro-stimulation que me prêtera très gentiment Bob, je pourrai reprendre tranquillement le lundi de la semaine suivante.

Il est vrai que les terrains peuvent être à l’origine de blessures plus ou moins graves, et qu’il faut toujours être prudent du moins en début de séjour, afin de s’acclimater à l’altitude et au terrain. 

Au final, un superbe voyage, de superbes rencontres, et toujours une expérience inoubliable, et à chaque départ une phrase dans ma tête, « i will back next year ».

Train hard and win easy disait Mo Farah…

 

Samir Boudjelal

 

-  Vidéos -

 

http://www.bob-tahri.com/media/piste-rouge

http://www.youtube.com/watch?v=uuL3xN2ZcAg


Partager cet article

Commenter cet article

Nicolas KWONG-CHEONG 17/03/2014 22:30


A quand un stage Asphalte au Kenya ? Perso c'est une expérience que j'adorerais vivre une fois. Autant, voire peut être même plus, pour l'expérience humaine que pour l'aspect sportif. Parce
qu'après 17 jours à en baver sur un terrain difficile à plus de 2000m on doit avoir envie de retrouver le bois de Vincennes ou la piste du Tremblay... Sur le plan sportif en tant qu'amateur aux
gênes européens on ne doit en emmener large quand on va au rendez-vous du premier entraînement. Bon je réfléchis encore un peu :-)